Les antibiotiques

Il existe deux types de traitements antibiotiques dans le cadre des grossesses toxosplasmiques.
Ces différents traitements sont administrés en fonction de la période de contamination et des résultats de l’amniocentèse.

LA SPIRAMYCINE (ROVAMYCINE)

Dès lors que la séroconversion à la toxoplasmose est même douteuse, et d’autant plus si elle est avérée, vous serez mise sous Spiramycine, plus communément connue sous le nom de Rovamycine

La posologie usuelle est de 9 millions d’U.I. par jour ( soit 3 comprimés) jusqu’à l’accouchement, même s’il n’ y a pas de transmission maternoefetale avérée.
Ce traitement parasitostatique réduit de 50% à 60 % le risque de contamination foetale.

Vous pouvez subir quelques effets indésirables dont les plus répandus sont des manifestations digestives (douleurs d’estomac, nausées, diarrhées…) Toutefois, ne cessez pas pour autant le traitement. La plupart du temps ces désagréments disparaissent avec le temps. Parlez-en à votre médecin.
Il arrive quelquefois que ce soit avec le temps que les effets indésirables surviennent.  Mais même recommandation que précédemment : consultez votre médecin mais n’arrêtez pas les prises.

 

L’ASSOCIATION PYRIMETHANINE-SULFAMIDE ( FANSIDAR)

Si vous faites une séroconversion au 3e trimestre, le risque de transmission maternofoetale étant élevé, on vous prescrira d’emblée une association de deux antibiotiques,  pyriméthamine et sulfamide, plus communément connue sous le nom de Fansidar.
Si vous faites une séroconversion au 1er ou 2e trimestre et que vos résultats d’amniocentèse indiquent le passage du parasite dans le liquide amniotique, on vous administrera aussi cette association pyriméthamine-sulfamide en complément ou en remplacement de la spyramicine.
La posologie  usuelle est de 50 à 75 mg de pyriméthamine et 1 à 1,5 g de sulfadoxine, soit 2 à 3 comprimés en 1 seule prise. Mais la durée du traitement  et la posologie sont variables selon les équipes.
Ce traitement peut provoquer une carence en acide folique et être à l’origine d’une anémie. Pour pallier à ces inconvénients, la prise de comprimés d’acide folique est prescrite durant le traitement.
De même, il est accompagné d’une surveillance attentive, notamment hématologique (risque d’agranulocytose) et dermatologique (syndrome de Lyell).
Ce traitement a une activité parasiticide puissante. Malgré le caractère exceptionnel de ces complications, il n’est habituellement pas prescrit sans preuve de la contamination foetale pour les séroconversion du 1er et 2e trimestre.
Si les contrôles réguliers (tous les 15 jours ou 1 fois par mois selon les équipes) donnent de mauvais résultats, les médecins suspendront le traitement pour le reprendre quand les plaquettes seront remontées.